Livraison offerte dans toute la France à partir de 95 euros.

Comment passer en mode Slow ?

Une nouvelle année commence et l’heure des bonnes résolutions a sonné. 2020 a été pour le moins imprévisible, chaotique, chamboulante…. Mais aussi riche en enseignements. Les deux confinements que nous avons vécus nous ont donné l’opportunité de nous recentrer sur nous-mêmes et d’appuyer sur le bouton Pause dans nos vies effrénées. Avons-nous su saisir cette chance ? Prendre du temps pour soi et pour ceux qui nous sont chers, revenir à des valeurs essentielles et faire les choses avec plus de conscience est fondamental pour notre bien-être. Il devient urgent d’abandonner le superflu dans nos vies pour se reconnecter à la beauté des choses simples qui nous entourent. Cap sur une nouvelle année pleine de douceur et de bonheur !

Le Slow Living, un art de vivre

Coin cosy avec coussin, bougie et chocolat chaud aménagé sur le rebord d'une fenêtre

Entendons-nous bien, le Slow Living n’est pas une tendance. C’est même tout l’inverse. Ce n’est pas non plus synonyme de paresse. Bien au contraire : en l’adoptant, vous gagnerez en créativité et en productivité. Alors, qu’est-ce donc ? Apparu dans les années 1980, le Slow living est une véritable philosophie de vie qui nous invite à ralentir le rythme de nos vies stressantes pour apprécier chaque moment et retrouver l’essence des choses fondamentales : la nature, l’amour, le partage, le respect, l’authenticité… Son credo pourrait être : less is more. Tout un art de vivre ! Pour que cela soit plus concret, voici quelques clés pour l’incarner en profondeur.

1. Identifier ses valeurs personnelles

Femme écrivant dans un journal

Déterminer ce qui compte le plus pour nous est la première étape pour mener une vie Slow et riche de sens. Quelles sont nos convictions et motivations profondes à travers lesquelles nous souhaitons façonner nos vies ? Est-ce que la vie que nous menons est en adéquation avec nos véritables aspirations ?

Les voies glorifiées par les tendances actuelles ne sont pas nécessairement bonnes pour nous. Ce qui est bon pour le voisin, ne l’est pas forcément pour nous non plus. Suivre les autres, sans avoir une bonne connaissance de soi, peut même nous laisser vide et vulnérable. Les bienfaits de cultiver un fort sentiment de soi sont peut-être subtils au début, mais tellement bénéfiques ensuite… Dans la société de consommation dans laquelle nous vivons, apprendre à faire ses propres choix avec confiance et assurance est une compétence inestimable. C’est une boussole intérieure pour mener une vie alignée avec nos valeurs. Cela nous permet de devenir de plus en plus clairvoyants sur ce qui est bon pour nous et pourquoi. Et donc savoir à quoi dire oui et à quoi dire non.

Identifier nos valeurs personnelles sert aussi à guider nos objectifs et nos rêves pour l’avenir, alors sortez papier et stylo : c’est parti pour une petite introspection !

2. Privilégier la qualité à la quantité

Tasse en céramique posée sur une table en bois

Nous sommes devenus des consommateurs voraces. Nos maisons sont remplies d’objets que nous avons probablement oubliés, nos armoires sont pleines à craquer de vêtements que nous portons rarement, voire jamais… Est-ce que nous nous demandons si nous utilisons toutes ces choses et si nous en avons réellement besoin ? Peu importe la quantité de choses que nous possédons, elles ne nous feront jamais nous sentir mieux. Au contraire. Outre la culpabilité qui peut être ressentie par l’acheteur, l’insatisfaction sous-jacente et insatiable sur le long terme est encore plus puissante. Lorsque nous décidons de supprimer le superflu et de vivre de manière simple et authentique, nous nous sentons plus libres.

Le tout est d’adopter une approche plus réfléchie avant d’acheter. Est-ce qu’il y a un désir ou un besoin derrière notre envie ? Et si le besoin est bien réel, optons pour des produits de qualité qui dureront dans le temps. Nous aurons davantage envie de prendre soin d’eux, de les réparer quand nécessaire, de les donner plutôt que de les jeter. Il est préférable également de choisir une pièce de seconde main de qualité plutôt qu’un nouveau produit bon marché qui finira à la poubelle et contribuera aux millions de tonnes de déchets générés chaque année en France…

Mais il ne s’agit pas seulement des biens matériels. Jetons un œil à nos agendas : nos vies sont prêtes à exploser car nous passons des journées infernales, à faire des to-do lists, à nous imposer des deadlines et des attentes élevées… L’idée centrale de la philosophie Slow est de faire les choses bien, en appréciant pleinement chaque moment.

Lorsque nous abandonnons notre attachement aux objets et à certaines croyances reposant sur la glorification d’un agenda surbooké, nous créons plus de temps et d’espace pour ce qui compte le plus. Partager de vrais moments authentiques avec nos proches par exemple…

3. Déconnecter pour se reconnecter à soi-même

Femme méditant avec un bol tibétain

Nous n’avons jamais été autant submergés par une multitude d’options et d’informations au quotidien par les médias. Viennent s’ajouter à cela les capsules vidéos ou photos des autres, amis ou connaissances, sur les réseaux sociaux présentant une vie soigneusement polie qui nous mettent la pression. Et puis, nous nous sommes habitués à faire mille choses à la fois : prendre nos repas devant la télévision, téléphoner en faisant des courses, répondre à nos mails dans les transports en commun… En peu de temps, nous avons développé une relation malsaine avec les écrans. Résultat ? Nous nous sentons plus que jamais stressés, seuls et déprimés. Alors stop !

À partir de maintenant, essayons de réduire le temps d’écran pour ne pas tomber dans l’excès et concentrons-nous sur une chose à la fois en vivant pleinement l’instant présent. Cela soulagera notre cerveau – qui n’est pas fait d’ailleurs pour être multi-tâches – et nos yeux nous diront merci. Et puis le gain de temps pourra être utilisé en faisant ce qui nous plait vraiment, ce qui nous fait du bien et nous apporte de la joie.

Pour ressentir un sentiment de paix intérieure et nous reconnecter à nous-mêmes, rien de mieux que la méditation. C’est un moyen simple – (et gratuit) – de lâcher prise sans engager le moindre effort physique. Si vous n’êtes pas amateur.trice de cette pratique, un tour à vélo, une balade en forêt ou tout autre activité calme, physique ou manuelle, sera aussi bénéfique, du moment qu’elle est réalisée en pleine conscience et non dans une idée de performance.

4. Vivre au moment présent

Passage du livre "The Happiness project" sur le moment présent

Sommes-nous présents à 100% au quotidien dans tous les aspects de notre vie ? Cette vie dont nous rêvions petits ou même il y a quelques années, quelques mois, quelques jours… Est-elle en adéquation avec ce que nous vivons aujourd’hui ? Il est parfois préférable d’en faire moins pour savourer l’instant présent plutôt que d’en faire beaucoup (trop) en nous créant des obligations pesantes, et de nous rendre compte qu’au final, nous passons à côté de nos vies.

Lorsque nous vivons au présent, nous commençons à voir la beauté tout autour de nous. Nous arrêtons de ressasser le passé ou de projeter vers le futur, en nous inquiétant et en voulant être ailleurs. Au lieu de désirer ou d’idéaliser sans cesse, nous commençons à apprécier nos vies de manière plus profonde et nous leur donnons davantage de sens. Nous nous sentons plus connectés à nous-même, aux autres et à notre environnement.

Être dans l’”ici et maintenant” ne signifie pas pour autant ne pas aller de l’avant, avoir des projets et atteindre des objectifs. Il s’agit là de planifier, d’avancer pas à pas dans le moment présent – et sans procrastiner – dans la direction souhaitée pour nous permettre de réaliser nos rêves, en cultivant un sentiment de joie et d’enthousiasme.

Parfois, il nous faut accepter que les choses prennent du temps, nous devons alors apprendre à lâcher prise et à cultiver la patience. Dans notre société où tout va très vite, nous avons tendance à vouloir tout contrôler et à vouloir tout, tout de suite. Or lorsque rien ne va comme espéré, nous développons du stress et de l’anxiété. C’est le moment de respirer. Lâcher nos exigences. Et de nous concentrer sur le moment présent. CQFD.

5. Endosser sa responsabilité

Femme en position du lotus sur le sable devant la mer

À travers l’éloge du ralentissement de notre rythme de vie et la conscience de soi, le Slow Living vise aussi fondamentalement à préserver l’environnement. Privilégier non seulement notre bien-être, mais aussi celui de la Planète. Car les deux sont intimement liés. Comme le dit Pierre Rabhi, “il n’y a pas l’Homme d’un côté et la Nature de l’autre. L’Homme est Nature”.

Il est grand temps de décider de l’impact positif que nous voulons avoir. Que voulons-nous laisser aux générations futures ? Faisons-nous des choix durables qui résistent aux tendances et qui ne diminuent pas irrémédiablement les ressources de la planète ?

Prenons la responsabilité de nos actions et demandons-nous avant de faire quelque chose si cela profite aussi au reste du monde. Commençons par respecter la Nature sous toutes ses formes en nous reconnectant à nous-mêmes, à elle, et alors nous pourrons vivre en harmonie avec.

Le Slow Living n’a pas de formule clé en main : c’est un véritable cheminement qui invite à prendre le temps de la réflexion sur son parcours personnel. Le but ? Gagner en qualité de vie, retrouver du sens, et savourer les moments de partage et de convivialité. Nous avons tous des rythmes naturels différents, à chacun de trouver ce qui est juste pour soi, cet équilibre qui nous apportera du bien-être et du plaisir.

    Instagram

    Suivez-nous sur les réseaux sociaux

    Article ajouté au panier
    0 Produit - 0,00